Jump le uber du portage : de l'ombre pour les CAE (aussi)?

Bonjour,

Avez-vous des retour de personnes ayant utilisé le service ?

Doit-on se positionner (sans les nommer) sur nos différences et nos valeurs pour proposer un contre discours ?

Florent.

Sur leur page :

Jump a disséqué les mécanismes de plusieurs statuts juridiques, le portage salarial et la CAE, et les a mis au goût du jour pour en faire le statut pour les freelances le plus adapté au marché actuel et à son évolution. Plutôt que de contractualiser en direct avec votre client et lui envoyer des factures, vous nous rajoutez dans la boucle. Vous enverrez les factures via Jump, votre client les règlera à Jump directement, qui vous rétribuera la somme sur votre compte financier. Ensuite, en fin de mois, vous aurez la possibilité de transformer cette somme d’argent en fiche de paie et en salaire (vous ouvrant de nouveaux droits).

grand sujet…
Je n’ai pas finalisé mon travail d’analyse sur le portage salarial, mais je n’ai jamais trouvé leurs chiffres (ils bossent à perte à mon avis, ou il y a des frais cachés), en tout cas pas ou peu d’accompagnement.
Je ping un collègue qui y connait quelqu’un.

J’en connais une bonne poignée qui y sont et :

  • c’est « mieux » pour un·e micro-entrepreneur·se (protection sociale, mécanisme d’affacturage, RIB dédié), surtout quand ces personnes ont déjà une activité qui roule et/ou qu’elles n’ont pas envie d’un guichet physique (ton activité = une app = :heart:)
  • la lenteur/côté poussiérieux des CAE avaient refroidi ces personnes (en comparaison à l’inscription en quelques clics)
  • ces personnes ont priorisé un besoin personnel (CDI de 1 à 2 ans pour avoir un prêt immobilier) à un choix collectif (pas nourrir le capital)
  • une fois que t’y es, pourquoi changer ? (un peu le même truc qu’en étant chez Spotify…)

Bon ensuite elles déchanteront quand les frais augmenteront… ou pas car s’iels sont malin à Jump, ils feront ça par petites touches (un peu comme le prix du paquet de cigarettes).